Les machines

 Les machines de la Fabrique ?

À la Fabrique nous choisissons les machines qui nous semblent les plus efficaces, les plus simples et les plus utiles à l’accomplissement de notre, votre objectif, concevoir et fabriquer vous même les objets que vous avez conçus.

Imprimante 3D

Machins-Machines

Imprimante 3D open source type Prusa i3 M&M V.10, conçue autour d’un châssis en contre-plaqué bouleau, plis fins, assurant rigidité et longévité. La machine est modifiable et réparable.
– Volume d’impression 220x220x210 mm
– Écran contrôleur LCD pour l’impression autonome (impression sans ordinateur connecté)
– Carte Micro SD et adaptateur SD fournis
– Précision de positionnement axe Z 0.004mm
– Précision de positionnement axe XY 0.012mm
– Épaisseur couche : 0.06mm – 0.4mm
– Couche résolution : 100 microns
– Filament impression compatible : ABS, PLA, HIPS, WOOD…
– Diamètre de la buse personnalisable, livrée en 0.4mm
– Vitesse d’impression : 40-100 mm/s
– Plateau d’impression : Lit chauffant en aluminium
– Température Max du plateau d’impression environ 110 C° (Ajustable).
– Température Max extrudeuse environ 250 C°
– Logiciel contrôle impression 3D : Marlin RC
– Format de fichier de données : STL, G-Code
– Système d’exploitation : Windows/XP/Mac
– Taille 460x420x510 mm
– 200-240VAC/2.4A DC 12 v/20A

Les matériaux de fabrication :

Plastiques (amidon de maïs, ABS, nylon…), dureté (rigide, souple), couleurs / aspect (mat, brillant, phosphorescent, bois, pierre), spécificité de compatibilité (alimentaires, biocompatibles, hydrosolubles…)

Pour quoi faire :

Des maquettes de produits, du prototypage, de la reproduction, des bijoux, des jeux, des moules, fabriquer une pièce pour votre machine à laver ou réparer une chaise…

Le replicator de Star Trek

Imprimante 3D, kesako ?

L’impression 3D est une technique de fabrication additive : on ajoute successivement des couches de matière pour produire des objets. Cela permet de faire des pièces difficilement réalisables avec les procédés classiques (usinage, injection), et contrairement au moulage il n’y a pas d’outillage à modifier. Ce qui fait que l’on compare souvent ces machines aux imprimantes classiques : avec un fichier numérique et une matière première on réalise un produit à la demande (le plastique fondu remplaçant l’encre et le papier). Il suffit de changer le fichier 3D qui est envoyé à « imprimer » pour passer d’un objet à un autre.
Une sorte d’ancêtre du Réplicateur de Star Trek, en quelque sorte…